lieu de rencontre 58 La chronique du Concierge Masqué

L'art d'être sale

La chronique du Concierge Masqué

jesus rencontre bouddha Cette semaine, le Concierge Masqué se penche en se bouchant le nez sur cette sale tendance des Parisiens à vivre cracra pour restaurer leur BAO.

a la rencontre du vin Pas plus tard qu'il y a quelques jours, le Journal du Dimanche publiait un sondage Ifop, un de plus, visant rencontre famille solo et sa politique parisienne, sondage repris dans les grandes lignes, le lendemain, lundi 28 mai, par Libération qui faisait sa une sur les municipales à venir à Paris. On y apprenait, mais c'est à prendre avec des pincettes, que 73% des Parisiens émettaient un avis négatif sur la gestion de la propreté de leur ville. Et que 88% se disaient heureux de vivre dans la capitale. À quinze points de différence paradoxaux, les mêmes sondés qui vitupèrent à propos de la saleté de la ville s'y rouleraient avec délices et s'empressent de le revendiquer. De là à conclure que les Parisiens sont définitivement indécrottables, le pas dans le caca de caniche est vite franchi. Rien de nouveau sous le ciel pollué. Dans les années 1920, les gazettes locales fustigeaient les Parisiens sur la question: le Parisien est sale, sale sur lui, sale chez lui, sale hors de chez lui. Prends-ça mon gars. Comme ça fait des mois que les rats propagent la peste bubonique en ville, un rapport piloté par l'opposition mais pas que, fut pondu voilà peu, nonobstant la modique somme de 220.000 euros. Son titre ? rencontre entre ulysse et calypso La politique parisienne en matière de propreté. Deux-cent-vingt-cinq pages sur lesquelles la Mairie s'est assise sans préciser l'usage qu'elle ferait de ses 225 feuilles. Les WC peut-être ? De fait, sa seule réponse aux critiques fut de charger les Parisiens. C'est de leur faute si Paris est sale ! L'analyse émanant de l'Hôtel de Ville est simplement puante : en dix ans, l'espace public parisien a augmenté de 30% (grâce à la junte écolo-socialo en place) ce qui fait que 100.000 Parisiens de plus y circulent et salissent tout. Ben voyons. Faudrait savoir : on enlève les bagnoles thermiques qui polluent, on rend les rues piétonnes et les Parisiens salopent tout ? Et ces 100.000 Parisiens en plus, ils étaient où avant ? Dans les égoûts ?

prostitute making display À force de détritus et d'immondices, Paris figure en peloton de queue des villes les plus propres du monde. Où en tête des villes les plus sales, c'est selon pour qui préfère le lead à la lanterne rouge. Il y a aussi Bruxelles, Londres, Athènes et Rome. Ce qui ne console de rien. Repoussante de saleté. Désespérement crasseuse : sur les réseaux sociaux, c'est la curée. Insalubre, vite nauséabonde avec cette chaleur tropicale orageuse, la rue parisienne est devenu un cloaque médiéval. Une litière à ciel ouvert, sans déodo. Il suffit de poser le pied sur le pavé du Quai de la Tournelle en bord de Seine un dimanche soir pour un état des lieux navrant. Une pissotière en plein air. La semaine dernière, j'ai tenté d'aller faire trois emplettes alimentaires rue du Nil, dans l'ex-Sentier, où Terroirs d'Avenir occupe le terrain bobobio avec une palanquée de commerces dédiés -primeurs, boulange, poissonnerie...-, au coude-à-coude avec la franchise Frenchie. Je me serais cru à Marseille, un après-midi torride, rue Longue des Capucins, après le marché. Mêmes odeurs incommodantes, même aspect craspec. Sans parler du vendeur de la boulangerie, à peine aimable, ongles en deuil et tignasse divorcée du shampooing depuis trois ans. Ni de la poissonnerie, repérable à l'aveugle par l'odeur. Bon d'accord, le temps était à l'orage et c'est fragile ces bestioles de la mer sauvage, mais les terroirs et merroirs n'étaient pas engageants. Quant à la clientèle, assortie, elle semble s'accommoder avec satisfaction de ces prix déments et de cette ambiance cracra.

rencontre tyrosse Hors ce micro-biotope monté en épingle, c'est tout Paris qui est sale. Demandez-donc à la serveuse niaise d'un salon de thé chic aménagé dans une ancienne piscine de la rue de Sèvres de nettoyer votre table : vous aurez les miettes sur les genoux. Même dans les restos les plus chics, les choses sont douteuses. Verres et couverts suspects, tâches de gras sur les tissus des sièges, nappes effilochées. Ne rien attendre du service pour y remédier: demander qu'on change le verre, le couteau, la fourchette et c'est un oeil de poisson mort venu de la rue du Nil qui répondra. Comprends pas. Kékiveu ?

formule de politesse attente rencontre La propreté serait-elle politique ? Croire que oui : dire que Paris est sale, que les Parisiens sont sales = facho réac. À force d'effortless, les Parisiens sont tombés dans la poubelle. Sur le terrain, rien ne les encourage au contraire : vitrines de boutiques poussiéreuses, stores et dais crasseux, tapis d'accueil éculés, cendriers pleins sur les tables des bistrots en terrasse et jamais vidés ni enlevés, poubelles débordantes, trottoirs jonchés d'encombrants. C'est bien simple, vivre à Paris aujourd'hui c'est adapter au quotidien l'intégralité des chapitres du la synchronisation rencontre actuellement des problemes et sera bientot retablie Miasme et la Jonquille, le fascinant essai d'prostituée montreal forum Alain Corbin, publié en 1982 et rendu à une actualité brûlante. Sous-titré L'odorat et l'imaginaire social XVIIIè et XIXè siècle, son ouvrage aborde Les vertus de la crasse. Apprendre par cœur pour comprendre l'époque du jour de maintenant que ça pue. L'auteur y raconte que "Le pointilleux Dr.Freud, affolé à l'idée de monter sans son col cassé l'étage qui sépare sa chambre de son bureau, n'éprouve aucun scrupule à cracher sur les tapis d'escalier de sa clientèle bourgeoise". Bon Vienne n'est pas Paris, mais il y aussi des arrondissements et Freud vivait dans le IXème.  

1er site rencontre france Moi, surmoi et émoi : le déodorant des aisselles est-il intrinsèque à la lutte des classe ? Passé de l'effet Narta 24 heures à trois jours de couverture, le déodo est devenu le symbôle de ma-propre-vie-sale-à-Paris. Celui lancé par la marque Veet serait en rupture de stock permanent. Il y a en aurait un, proposé par Vichy, qui durerait sept jours ! Mieux que les litières à chat aux parfums couvrants. Effortless, encore, toujours. La marque américaine rencontre femmes malgaches madagascar Mother Dirt récemment lancée en Europe avec la ferme intention d'encaisser 20 milliards d'euros d'ici à 2024, prône le "rester propre sans se laver" avec son savon qui n'en est pas un, son shampopo qui n'en est pas un et son brumi qu'on se demande à quoi qu'il sert. Ah, un fin connaisseur du dossier me glisse qu'on se lave avec, genre micro-toilette. Son secret : le BAO, non pas l'OBAO, le BAO, pour Bactérie Oxydante de l'Ammoniac (le gaz, pas l'eau). De BAO, on en était couvert à gogo avant qu'on invente la dictature de la douche quotidienne avec savon. Il ne resterait plus sur Terre qu'un seul peuple encore doté d'un capital baoté : les Yonomami, tribu autochtone amazonienne ayant un rapport au corps, à la nature et à la maladie totalement bluffant. Étonnant que Nicolas Hulot ne l'ai pas encapsulé dans ses flacons Ushuaia. BAO donc : les blouses blanches occidentales pensent que cette bactérie nous conservait jadis propres et sentant le frais comme un drap lavé à la cendre et séché en plein air sur la pente des volcans éteints d'Auvergne, prouesse magique obtenue en bouffant l'ammoniac contenu dans la sueur. Avant l'enzyme glouton, la bactérie gloutonne. Comme le mot bactérie fait peur, Mother Dirt préfère parler de probiotique-belle-peau. 

rencontre serieuse russe Lire ici rencontre corée L'allée du Roi de rencontre en nc Françoise Chandernagor décrivant par le menu l'état de crasse et la puanteur organique des salons du Château de Versailles sous Louis XIV pour se dire que la BAO avait baissé ses petits bras. Penser que sentir le frais ne touchait alors que les campagnes et se mettre la paille dans l'oeil du voisin avec sa poutre apparente. Quant à la probiotique, c'est le dada du docteur rencontre gratuite en russie Josh Axe -on dirait un pseudo de personnage dans Dynasty. Axe -c'est pas un déodo de beauf qui troue les tee-shirts ?-, vient de publier sa bible, intitulée chat sexe antibes Eat Dirt, habilement traduite en français par rencontres carentoir Salement bon pour la santé, un régime bactérien pour renforcer notre système immunitaire. Faut toujours plus de mots en français pour que les gens pigent de quoi de qu'est-ce. En 420 pages, Dr.Feelgood prescrit qu'il faut manger de la saleté. En tête, de la terre. Du earthing, quoi. Comme ça commence au bac à sable, il ne faut surtout pas interdire à la chair de sa chair de s'en priver. Mange mon fils, mange, tu grandiras beau et fort, comme ton père avocat. Comme tout passe par l'intestin, Josh Axe décrit toutes les situations où être trop propre nous flingue l'immu. Notre phobie des microbes nous a conduits à vivre sous blister. Mode de vie asseptisé des aisselles jusqu'aux assiettes. Selon lui, manger dans des assiettes passées au lave-vaisselle et derechef désinfectées provoquerait des dysfonctionnements du système immunitaire, et de l'asthme, et de l'eczema. Laver la vaisselle à la main serait un grand pas vers la santé éclatante. Lécher les assiettes une fois le repas terminé et les ranger dans le placard, aussi ? On comprend mieux maintenant cette mode des assiettes de mémé dépareillées dans les bistrots bio-concon du Xème ardt. servies par des filles aux cheveux gras. Toujours selon notre bon toubib, l'idée de manger du sale remonterait à Hippocrate. Toujours commode de se ranger derrière un type à qui on a prêté serment du Médoc. L'envie de terre serait tellurique. Et c'est la faute à Pasteur si on a peur des microbes et de la saleté. Encore un discours qui va servir les anti-vaccins. Et recycler l'expression anglaise "nostalgie de la boue".  

rencontre anciens amis La couve française du bouquin est illustrée par une botte de carottes terreuses. On va donc croire qu'il faut sucer les carottes pour la racine pour éloigner la perspective des pissenlits par la racine. Au début des années 1980, à New York, l'épicier-traiteur rencontre aubenas 07 Dean & DeLuca vendait des pyramides de bottes de carottes avec fanes, toutes bien calibrées et bien oranges, que des employés aspergeaient d'eau terreuse pour faire croire qu'elles venaient d'être arrachées de leur terre nourricière. Eat dirt ou le programme alimentaire par genre d'intestin (là, j'ai franchement compris que couic) du bon docteur Josh -pourvu qu'Orange n'en fasse pas la pub couplée avec Sosh-, égrène ensuite ses recettes pour la maison et le corps. La maison salement propre ou les vieilles recettes de grand-mère recyclées earthing : la manoeuvre est claire comme un vinaigre blanc. On t'a pas attendu pour faire pareil, mon poteau. Et le corps salement sain à l'intérieur que ça se voit à l'extérieur à grands coups de granola, de porridge de poires, de smoothies, de kéfir, de choucroute, de miel cru, de pollen, de yaourt au lait de chèvre fermenté 24 h et de jus. Tiens, y en a un qui me plaît beaucoup : le jus de bonne digestion. Recette : un demi-chou pommé, du jus d'aloès, du concombre, du gingembre. Essayé. Une cliche mes enfants ! Pure detox mieux que le Destop. En gros, ces recettes sont à base de produits bruts non transformés par l'industrie agro-alimentaire. Et comme ils sont bio, Josh Axe précise qu'il n'est pas besoin de les laver. Pour lui, on lave tout trop et on se lave perso trop beaucoup pas bien.

rencontres bailleul À force de toilette, douches, bains et autres ablutions hygiéniques, on a fini par niquer notre BAO en rabotant la couche protectrice extérieure de la peau. En gros, le propre de l'Homme étant d'avoir la peau de l'autre, il y a réussi, haut la main, passée au bactericide. Être trop propre serait le pore ouvert aux maladies genre psoriasis, eczema, etc... Axe préconise donc de restaurer son BAO en "repeuplant notre peau" notamment en ne se lavant que les jours où l'on sort travailler. Ce qui induirait que les adeptes du télé-travail et que ceux qui n'ont pas de travail peuvent mariner dans leur restauration de BAO. La chance qu'ils ont ! Au rythme d'une douche tous les deux ou trois jours maxi, ce traitement suffit. Pour lutter contre les émanations corporelles gênantes, Doktor Axe balance des huiles essentielles à gogo. Une panacée, un sirop typhon. À Versailles, on faisait pareil, mais avec les parfums.

www.habibti.com chat rencontre Tout ça reste très américain et ne règle pas le problème douloureusement olfactif du Parisien cracra. Manger de la terre : il bouffe déjà de la poussière. Manger sale : c'est fait. Ne pas se laver sauf quand il travaille : il a compris le contraire. Ne pas laver les assiettes : un sport national. Le seul volet que le bouquin du docteur Axe n'aborde pas est la garde-robe, les vêtements, les fringues, les chaussures. Et là, les Parisiens, toujours rois de la fashonne, cartonnent à mort. Cartonner : c'est justement le mot qui convient tant pantalons, chemises, vestes, jean's semblent pouvoir tenir debout sans étais. Fâchés avec la lessive, les détachants -tiens, bouffe donc de la Terre de Sommières, ça fera plaisir au docteur Axe !, le fer à repasser, le teinturier, les Parisiens vont et viennent sales comme des peignes. Les plus propres sont au désespoir mais rien en ville n'est fait pour que les Parisiens soient plus propres. Paris est tellement sale qu'y être propre est un sacerdoce. Des mains sales chères à Sartre à l'amour-propre, les Parisiens sautent à pieds joints sur l'air du temps. Et même pieds nus : j'ai croisé l'autre jour un jeune homme pieds nus, boulevard de Port-Royal. Il tenait deux bouteilles de vin blanc mais il était pieds nus. Pas un clodo, non un bobo cool, très cool. Les trottoirs du boulevard n'étant pas un exemple de propreté urbaine, j'ai pensé qu'il s'immunisait l'intestin par les pieds. Mais le vin blanc, le Docteur Axe, il dit non. Aliment à risque proprement sale. Soit notre gaillard avait vu Dieu, la vierge et Marie-Madeleine, soit il avait vendu ses dernières tongs sur eBay pour se payer son vin, soit il se prenait pour Saint-Laurent (le vrai saint, pas le couturier mort) soit il expérimentait le regard des autres. Pieds nus sur le macadam. Paris serait-t-il devenu yonomaniaque?

prostitute pics secret service Derrière le concierge masqué se cache Pierre Léonforte. Journaliste et auteur partageant sa vie entre Paris et Milan, il collabore à de nombreux titres de la presse magazine dont Beaux Arts Magazine et la revue Schnock. Outre ses ouvrages publiés notamment chez La Martinière, il signe plusieurs des City Guides Louis Vuitton qu'il a co-créés en 1998.

site de rencontres harmonie CET ARTICLE VOUS A PLU ?

site de rencontre en francais INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER POUR RECEVOIR CHAQUE SOIR LE MEILLEUR DE

JE M’INSCRIS

super rencontre senior à voir aussi